Votre quartier

Nous sommes 9 823 habitants  Un Diagnostic Social Partagé a été réalisé en 2009 / 2010 vous pouvez le télécharger et le comparer avec celui de la Ville

Visualisez le quartier vu du ciel

Vos élus référents sur le quartier :

Rouguy Signate
Conseillère municipale

 

 

 

 

 

 

 

Nourredine Kaddouri
Conseiller municipal
–> Permanences à la salle de quartier :
Tous les 1ers Jeudis du mois de 19:00 à 21:00

 

 

 

 

 

 

Chargée de mission développement local  :
Chloé Lepetit
Service Démocratie Locale et Développement Social des Quartiers
124 rue Henri Barbusse – 93300 Aubervilliers
01 48 39 50 15

Salle de quartier Paul Bert :
12 rue Paul Bert – 93300 Aubervilliers
Email : boutiquepaulbert@mairie-aubervilliers.fr
01 48 34 85 18

Permanences de la chargée de mission à la salle de quartier :
Les mardis de 14:00 à 17:30 & les jeudis de 16:00 à 18:00


Qui était « Paul Bert » ?

Natif d’Auxerre en 1833 c’était un physiologiste et un homme politique français. Il fait des recherches sur les greffes animales et la respiration. Ministre de l’instruction publique de 1881 à 1882, il contribue aux réformes sur l’enseignement. Il est nommé gouverneur général de l’Annam et du Tonkin. Il meurt en 1886 à Hannoi.

Le PROJET phare du quartier « MEMOIRE VIVE » se termine en 2012 avec un coffret de 14 Cd réalisé par l’association l’Oeil à l’écoute et disponible à la salle de quartier.

Retour sur la genèse de ce projet atypique:

L’idée avec Jean louis Querbes c’était d’établir une topographie vivante, une biographie mettant en valeur le patrimoine industriel du quartier Paul Bert.

Premier épisode du projet « mémoire vive »‘, la topographie du quartier avec ces industries démolies, en friche mais aussi reconvertie à d’autres usages…

 Une  première balade sur les traces de la mémoire vive nous a amené aux abords de la boutique…

… 135 rue des Cités, ancienne usine « Oxford et Frenkel » des jeans prestigieux nous a-t-on dit?… à vérifier

 Une première rencontre avec madame C, une figure forte du quartier, timide elle entretient le suspense et viendra prochainement à une permanence de la boutique…

 En remontant la rue des Cités puis la rue de la Nouvelle France, on débouche sur l’impasse Rosso, nous y avons rencontré un autre personnage : monsieur N. Il nous a précisé la présence d’un ancien relais de ferme fréquenté jadis par Napoléon 3…

  En face, un porche s’ouvre sur une société de transport, anciennement nommé « Spira » pendant une longue période, puis « stellis » et enfin « transmac ». Un site en devenir pour le quartier, une enclave industrielle destinée à participer à restructurer la trame viaire de cet îlot.

Nous avons traversé  l’allée du Château, actuellement en cours de résidentialisation. Cette allée délimitait l’ancien château d’Aubervilliers, demeure bourgeoise qui s’est transformé à l’époque de l’industrialisation en cartonnerie Lourdelet et Maricot….

 Nous avons débouché sur l’espace Michaux où nous avons découvert grâce à notre seconde rencontre, que l’usine murée qui nous intrigue depuis quelques temps était les anciennes »glacières d’Aubervilliers »

Dans l’impasse  Quentin, la rencontre avec  messieurs S et M  débouche sur une série d’anecdotes toutes plus vivantes les unes que les autres…Il est question de chiffonniers, les anciens « biffins », qui fournissaient en matière première les cartonneries Lourdelet. On évoque aussi les commerces du quartier avec une blanchisserie, l’usine à glaçons et certaines autres légendes d’antan.

 Nous avons fini cette première balade par la découverte de l’ancien atelier Roger Dupont « modeleur mécanicien » qui devînt plus tard une fabrique  de cages à oiseaux.

un établissement qui donne sur l’impasse quentin, ces inscriptions qui nous intrigaient , grâce à un voisin on a pu rentrer et son nouveau propriétaire respectueux des traces de  ces prédécesseurs.

 Son propriétaire qui effectue des transformations importantes de ce lieu

afin d’y faire un studio photo pour l’art culinaire,

conserve précieusement les traces du passé dont regorge ce lieu: machines en tout genre

mais aussi des dessins pour l’exposition universelle de 1926 à Bruxelle …

                                                       Il a  constitué une sorte d’abécédaire des inventions du 20ème siècle 

                                                      

 Bref,  une mine de renseignements sur le patrimoine industriel du quartier que nous espérons  mettre en valeur  avec vous au cours de nos prochaines balades…

Une idée pour nos prochaines balades, repérer et photographier le phare de notre quartier de plusieurs perspectives : la cheminée de la documentation française